A la campagne, je me déplace à vélo !

Vélo à la campagne - un couple se déplace à vélo à la campagne avec ses deux jeunes enfants

A Strasbourg, La Rochelle, Grenoble, Bordeaux ou même Paris, le vélo a le vent en poupe. Il faut dire que c’est un mode de déplacement à la portée de tous, pratique, économique, et très efficace en zone urbaine. Il a suffi que les grandes agglomérations développent des infrastructures cyclables pour que de nombreux habitants deviennent adeptes de la petite reine. Les transports en commun saturés et les routes congestionnées par le trafic motorisé ont évidemment bien aidé à promouvoir ce mode de déplacement actif ! D’autant que les pistes cyclables ne souffrent ni du bruit, ni de la pollution, ni de la congestion, grâce à la fluidité et au faible encombrement du vélo. En ville, il ne faut que 20 mn pour parcourir 5 km à vélo – les plus véloces vous dirons même qu’il suffit de 15 mn, mais on n’est pas là pour faire le Tour de France non plus.

Mais à la campagne, le vélo est encore souvent perçu comme un sport et un loisir, et il a encore bien du mal à s’imposer pour les trajets de tous les jours : les distances sont souvent longues, et qui aurait envie de s’aventurer à vélo sur cette départementale sur laquelle les camions vous frôlent à 80 km/h… Le sujet a d’ailleurs récemment été abordé dans un article par la sociologue Aurore Flipo. Mais tout n’est pas perdu ! D’abord parce que de plus en plus de collectivités prennent en compte le vélo dans leurs plans de déplacements, ensuite parce que le biclou pourra devenir votre meilleur allié pour les petits trajets quotidiens. On vous explique comment en 5 étapes simples et efficaces. 

Vélo à la campagne - une petite route et des vaches dans un pré

Etape 1 : dénicher un vélo

Vélo à la campagne - un vieux vélo contre un vieux camion

La base. Plusieurs solutions : ressortir de la cave ce vieux biclou – souvent un VTT – entreposé là depuis 10 ou 20 ans. Acheter un beau vélo d’occasion sur une brocante, en boutique, dans un atelier solidaire ou sur internet (Leboncoin est votre ami !). Entre 50 € et 150 €, vous pourrez trouver de vraies merveilles. Vous pouvez aussi vous en faire prêter un, le temps de vérifier si ce mode de déplacement vous convient. Dernière solution : en acheter un. Evitez les entrées de gamme à 100/150 € des grandes surfaces et des grande enseignes sportives, ce sont des vélos conçus pour un usage ponctuel. Comptez 250 € à 600 € pour un bon vélo. Vous pouvez opter pour un vélo de ville ou un VTC (vélo tous chemins) si vous envisagez d’arpenter chemins et sentiers. Important : choisissez un vélo à votre taille !  Enfin, si vous prévoyez de transporter de lourdes charges ou plusieurs enfants sur votre vélo, vous pouvez aussi opter pour un vélo cargo (biporteur ou triporteur) ou un vélo rallongé – mais c’est plus cher : comptez 1000 € minimum pour un vélo neuf.

Etape 2 : Préparer son vélo

Vélo à la campagne - un homme entretient son vélo en appliquant du lubrifiant sur la chaîne et la cassette

Qu’il soit neuf ou d’occasion, votre vélo doit avoir des freins réglés et efficaces, des pneus en bon état et bien gonflés (la pression idéale est inscrite sur les flancs), et la chaîne et les pignons doivent être lubrifiés – sinon ça grince affreusement, ensuite ça casse et vous vous retrouvez avec une draisienne à plusieurs kilomètres de chez vous…

Important : réglez la selle à la bonne hauteur. Une fois assis(e), posez le talon sur la pédale. Quand cette dernière est au plus bas, votre jambe doit être tendue. Une fois sur la selle, si vous touchez à peine le sol de la pointe des pieds, c’est normal. Attention, une selle trop basse peut engendrer des douleurs aux genoux et au dos. 

Etape 3 : équiper son vélo… et soi-même

Vélo à la campagne - une main allume l'éclairage.

Si vous décidez d’utiliser votre vélo tous les jours, vous allez devoir investir dans un minimum d’équipement. Nous vous conseillons à minima :

  • Des garde-boue (sauf si vous décidez de ne rouler que par temps sec). Il existe de nombreuses références en plastique et/ou en métal, adaptables pour tout type de vélo.
  • Un porte bagage et des sacoches étanches (ou un panier) : pour mettre votre sac, des courses, vos affaires de travail…
  • Un éclairage puissant à l’avant et à l’arrière, pour voir et être vu ! Deux solutions : des lampes amovibles qui se rechargent sur port USB, ou une dynamo placée dans le moyeu avant qui alimente en permanence phare et feu (très efficace, mais plus coûteux).
  • Des vêtements de pluie : cape/poncho de pluie ou imperméable et pantalon de pluie. Ca ne coûte pas très cher, et ça vous permet d’arriver à destination sans avoir l’air de sortir de la douche tout habillé. “A vélo, pas de mauvais temps, que de mauvais vêtements”, dit l’adage. 
  • Un porte-bidon et un bidon : pédaler vous donnera soif, même lorsqu’il ne fait pas chaud.

Pour les vêtements, pour reprendre la maxime d’une célèbre enseigne de restauration rapide : “Venez comme vous êtes !”. Pas besoin de se déguiser en coureur du Tour de France : vous allez vous déplacer à vélo, pas faire une course de vitesse. Vos vêtements et chaussures de tous les jours sont parfaitement adaptés aux déplacements à vélo. Preuve par l’exemple avec ces personnes qui se déplacent à vélo à Copenhague, au Danemark :

Personnes qui se déplacent à vélo à Copenhague, au Danemark. Illustration du vélotaf, pas de vêtements spécifiques.

Le casque n’est pas obligatoire (sauf si vous avez moins de 12 ans), mais il protège efficacement le dessus et les côtés de la tête en cas de chute. Nous vous recommandons surtout de porter des gants : pour protéger les mains et, en hiver, pour éviter d’arriver à destination avec des glaçons à la place des phalanges.

Notez que si vous circulez hors agglomération, la nuit, ou lorsque la visibilité est insuffisante, vous devez porter un gilet rétro-réfléchissant. Oui, c’est moche, mais c’est comme ça. L’éclairage est lui aussi obligatoire, ne l’oubliez pas !

Etape 4 : préparer ses trajets

Vélo à la campagne - une jeune femme à vélo sur une route qui longe le vignoble alsacien

Si c’est pour aller à la boulangerie au centre du village, ou visiter des amis dans le village d’à côté, vous n’aurez pas besoin de GPS. Mais pour optimiser votre trajet domicile-travail, par exemple, ou un parcours que vous n’avez pas l’habitude de faire, nous vous conseillons de préparer votre trajet. Plusieurs pistes : GeoVélo (qui propose un site internet et une application gratuite), qui vous proposera un trajet sécurisé qui emprunte au maximum les itinéraires cyclables.

Vous pouvez également tester le planificateur d’itinéraire Komoot, ou Google Maps en activant le mode “A vélo” dans le menu en haut à gauche de l’écran. En préparant ainsi votre itinéraire, vous pourrez découvrir des rues, routes, voies vertes et pistes cyclables que vous ne connaissiez pas, ou auxquelles vous n’auriez pas pensé pour votre trajet. Notez qu’il vaut mieux faire un détour de 1 ou 2 km plutôt que d’avoir à gravir une colline pentue…

Vous pouvez ensuite utiliser votre téléphone comme système de navigation grâce à un support pour guidon ou une sacoche de cadre avec une partie supérieure transparente et tactile ; comptez de 10 € à 30 € pour un tel équipement.

Etape 5 : Rouler, et prendre du plaisir !

Vélo à la campagne - un jeune couple se déplace à vélo sur un chemin

Vous savez tout ! Il ne vous reste plus qu’à tenter l’expérience, que ce soit pour 500 mètres ou 5, 10, 50 km (si vous n’êtes pas pressé) ! Vous allez vite découvrir que le vélo est un fantastique mode de déplacement. Silencieux, non polluant, très économique, il fait du bien à votre corps et à votre moral. Concernant les règles de circulation, on ne va pas vous faire une synthèse du code de la route mais sachez que vous êtes légitimement à votre place sur la route (sauf panneaux mentionnant le contraire, comme sur les voies rapides et autoroutes…) et dans la rue. Ne rasez pas les voitures en stationnement pour éviter tout risque lié à une portière qui s’ouvre subitement, soyez attentif à votre environnement, pédalez à votre rythme pour éviter d’arriver essoufflé et avec un demi-litre de sueur qui ruisselle dans votre dos. D’ailleurs, n’hésitez pas à rouler avec une épaisseur de moins par rapport à un trajet effectué à pied : pédaler, ça réchauffe !

Evidemment, on attend vos retours d’expérience : racontez nous vos premiers trajets quotidiens à vélo, que ce soit en pleine campagne, dans les ruelles d’un bourg ou en plein centre ville.

Pour aller plus loin…

Vous souhaitez en savoir davantage sur les déplacements au quotidien ? N’hésitez pas à consulter le site de la Fédération des usagers de la bicyclette (FUB), il regorge d’informations pratiques pour vous aider dans cette démarche.

livre Vélotaf - mode d'emploi du vélo au quotidien - Par Jérôme Sorrel et Eve Coston

Vous pouvez également acheter l’ouvrage Vélotaf – mode d’emploi du vélo au quotidien” écrit par Jérôme Sorrel et illustré par Eve Coston. Il vous aidera à franchir le pas pour aller au travail à vélo, mais aussi pour tous les déplacements utilitaires au quotidien. Une vraie bible, riche en informations et illustrée avec beaucoup de talent et d’humour !

Enfin, si vous n’êtes pas encore prêt(e) pour faire vos déplacement quotidiens à vélo, vous pouvez utiliser votre voiture de façon plus économique. Comment ? D’abord, en pratiquant l’éco-conduite, qui vous permettra d’alléger votre facture de carburant.

Ensuite, en pratiquant le covoiturage, qui n’est pas seulement réservé aux trajets longue distance. Par exemple, les lignes de covoiturage sans réservation Covoit’ici et Lane vous permettent de faire facilement vos déplacements quotidiens à plusieurs dans un même véhicule, de façon fiable, en réduisant votre budget auto, en limitant la pollution et la congestion, et en faisant de belles rencontres ! Ces services sont pour l’instant disponibles en zone rurale et périurbaine (là où il est justement difficile de se passer de la voiture !), dans la région lyonnaise, entre Clermont-Ferrand et Rochefort-Montagne, dans le Vexin ou encore dans le Verdon, mais de nouvelles lignes de covoiturage sans réservation sont régulièrement déployées.

Cet article vous a plu ? N’hésitez pas à vous abonner à notre newsletter !

Vous pourriez aussi apprécier...